jeudi 29 octobre 2009

Le Blog est Mort, Vive le Blog

Je dois me rendre à l'évidence. 'Un Berrichon à Hollywood' n'a plus lieu d'exister. Pourquoi, me direz-vous ? La première raison est la date de mon dernier message: 7 Novembre 2008. La honte! Mais ne croyez-pas que pendant un an, ma vie a été d'un ennui indescriptible. Bien au contraire. Je vais y revenir... La seconde raison qui claque comme un coup de fouet et devant laquelle on ne peut que se dire (avec l'accent de nos campagnes!): 'Ah bin oué, il â réson l'peutiot' : le Berrichon ne vit plus à Hollywood, mais en Allemagne.

Mais que s'est-il donc passé depuis l'élection de Barack Obama, depuis mes combats contre la discriminante Proposition 8 interdisant aux couples gays d'être considérés comme n'importe quels autres couples?

Refaisons machine arrière ; nous sommes en Novembre 2008. La Banque Lehman Brothers a fait faillite et on commence à rentrer dans une période communément appelée : La Crise. D'ailleurs, il me vient à l'idée que l'on devrait repenser l'orthographe de ce mot pour le rendre moins anxiogène, moins lourdot, plus concon à la Michael Youn. Je m'apprête donc à le remplacer par La Kreez. Donc, revenons-en à nos traders qui nous ont foutu dans une merde noire, comme le Jeudi...

A cette époque, le sixième jour de ma semaine est occupé par une mission dans une ONG, 'Explore.org' de la Annenberg Foundation, basé dans une tour de verre de Century City, le long de Santa Monica Boulevard. Ma nouvelle adresse est '2000, Avenue of The Stars'. Le cadre est tout aussi rutilant que la Défense (si on pense que La Défense est rutilante, évidemment). On devrait envoyer notre Jean là-bas. En période d'essai pour trois mois, mes boss commencent à parler d'un vrai contrat, de VISA, etc. Mais la Kreez s'invite à la table des négociations, lesquelles du coup prennent fin. Les budgets sont gelés (ça arrive même en Californie) et la création de mon poste, par la même occasion. Goodbye mon Avenue des Étoiles qui me guidaient vers un avenir serein et américain.

n765650301_5231339_4256Je reste par conséquent fidèle à Corbis avec qui mon VISA de travail arrive à expiration. Je décide donc de prolonger notre contrat d'un an et leur fait la demande en bonne et due forme. Mais là aussi, la Kreez s'incruste à notre petite fête. Les semaines passent et la confirmation de mon renouvellement de contrat se fait attendre. Noël en Berry arrive, les fêtes se déroulent parfaitement (lire article dans la Nouvelle République), même si je sens l'épée de Bill Gates au-dessus de ma tête qui commence à me couper les bouclettes. Je reviens à Los Angeles le 28 décembre et le 5 janvier 2009, ma big boss va céder face à mon impatience et finalement m'annoncer que je dois partir avec une belle charrette 10 places de la marque Kreez. OH F*CK !!!

Il ne reste alors que deux mois et demi pour que mon VISA arrive à expiration, pour empaqueter les photos de mes enfants, de mes hamsters, de mes voisins, de mes collègues déguisées en sorcière et punaisées dans mon 'cubicle', pour faire mes clics et mes clacs, pour plier bagages. En calculant bien, je dois être de retour à Châteaumeillant le 31 mars, jour de la Saint Benjamin. Ma mère me voit déjà installé dans ma chambre jaune et bleu de Châteaumeillant ; elle trépigne, s'excite, bondit au point que mon père l'attache aux pieds de la table pour ne pas qu'elle court de bonheur autour de la piscine avec mon lévrier, maintenant qu'elle a des jambes bioniques. Bref, mon avenir of the Stars semble plié lui aussi.

Action, Réaction. Je vous passe les détails mais je bosse comme un fou sur mon CV qui deviendra une oeuvre d'art désignée par mon tendre et cher Patrick, dit "Pulet" (le son "ou" n'arrive pas à sortir de sa buche, un peu comme Johnny Hallyday). Je quitte Corbis le 28 février avec un cactus sous le bras, au moment même où mes ex-collègues doivent déménager vers des locaux plus petits, plus loins, plus moches. Un teaser de la Kreez, en quelque sorte, dont l'épisode II 'le retour' leur est presque déjà annoncé. Je vais alors multiplier les contacts à droite, à gauche, au café, tournez après le feu, au prochain croisement, prenez la première bretelle. Cela va me mener à Paris, fin mars, étant obligé de quitter le territoire américain et d'y revenir en qualité de touriste. Le 02 avril 2009, je repousse mon retour d'un jour vers ma douce Cali, car j'obtiens un rendez-vous avec mon ex boss à l'époque de Corbis Paris, qui m'avait envoyé à Los Angeles, et qui aujourd'hui dirige la Rédaction de l'European PressPhoto Agency (EPA). Leurs bureaux sont à Francfort, en Allemagne. Vous devinez la suite. L'entretien se déroule parfaitement et j'obtiens le job de Rédacteur Photo au département 'Arts, Culture et Divertissement'. Je rentre à West Hollywood avec un job allemand et un billet de retour pour le 26 juin. Pour être plus précis, deux billets pour le 26 juin car mon chéri va me suivre en terre wisigoth.

Pendant deux mois, je vais m'occuper de fermer la parenthèse Los Angeles et semer les premières graines d'une nouvelle vie à Francfort. Je vais quitter ma Sweetzer family, mes honeys Linda et Laurent, Séverine et bien d'autres, en pleurs et en fanfare. Patrick et moi prenons la route pour un road trip de trois semaines qui nous mènera jusqu'à la derniere étape, New York et son aéroport. Le 06 juin au matin, dans leur truck de location Budget plein de tout et de rien, le Berrichon et le Coloradoan laissent derrière eux la cité des Anges pour mieux y revenir. (Instant Kleenex, vous pouvez pleurer maintenant... Et faire une pause pipi).


13_Mermaid_of_MalibuBeach_A10_Hollywood_Theatre_June09Ce que je ne vous ai pas dit, c'est que le jour où je quittais Corbis, j'avais en effet un Cactus sous le bras mais également un vieux polaroid des années 60. Lors du déménagement vers de nouveaux bureaux, mes ex-collègues disposaient sur une table tous les objets qu'ils ne souhaitaient pas emporter dans leur nouveau cube. Je distingue alors une sorte de boitier noir équipé d'une sangle en cuir. Je réalise que ce bien etrange objet s'avère être un vieil appareil photo qui ne demande qu'à être adopté. Je m'improvise donc Papa photographe. Le petit va se remettre en marche très rapidement et fera preuve d'une grande vivacité. Surtout lors du road trip à travers l'Arizona, le Utah, le Colorado, le Wyoming, le Nebraska, le South Dakota, le Minnesota, le Wisconsin, l'Illinois, l'Indiana, l'Ohio, la Pennsylvanie, le Maryland, la Virginie, la West Virginia, Washington DC et New York, tous ces états traversés en truck et mémorisés en cliché.

Si le blog du 'Berrichon à Hollywood' n'est plus, un nouveau blog a vu le jour le 1er Octobre dernier: *It's not a cabaret. En voici l'adresse: www.itsnotacabaret.com (un groupe Facebook existe également: itsnotacabaret.com auquel vous devez adhérer). Vous y découvrirez des instantanés de vie depuis mon dernier jour chez Bill Gates. J'ai  laissé mes yeux prendre la parole...

Chers lecteurs, sachez que mon coeur se serre à fermer ce blog car il a été d'une aide insoupçonnable lors de mes moments de solitude et de tristesse. Il m'a permis de rentrer en contact avec des gens merveilleux et de partager avec eux des histoires amusantes et émouvantes. C'est une page qui se tourne mais je ne vous dis pas adieu. Je vous retrouve sur *it's not a cabaret, dans un instant. Au cas où vous souhaiteriez me contacter, voici mon adresse email: benjamin.legier[at]gmail.com.

Et Dieu sait où le hasard de la vie va me mener la prochaine fois. LE BERRICHON DE HOLLYWOOD, LE RETOUR ?

Tel Heidi Klum dans 'Project Runway': Auf Wiedersehen !

9630_281773070301_765650301_8861111_5503565_n

Avant de quitter L.A., j'ai eu le temps de me faire un tatouage. 

L'ours du drapeau de Californie au-dessus de l'écusson du Berry.

Comme c'est bizarre!

Posté par soloulou à 06:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Blog est Mort, Vive le Blog

  • vive le blog alors!!

    Posté par full tilt, samedi 11 décembre 2010 à 16:46 | | Répondre
Nouveau commentaire